Frédéric Nicolaïdis
Feb 16, 2018

L'Europe se cherche un avenir post-Brexit à Tallinn

0 comments

Révolution numérique, Brexit, avenir de l'UE... les dirigeants européens sont réunis à Tallinn pour tenter de rendre du souffle au projet européen. Sans grand enthousiasme, sinon celui du président français Emmanuel Macron, soutenu du bout des lèvres par la chancelière allemande Angela Merkel.

Les chefs d’Etat et de gouvernement de l’UE sont réunis ce vendredi à Tallinn (Estonie) pour tenter donner un coup d’accélérateur à l’Europe numérique. L'avenir de l'Europe et le Brexit sont aussi au menu. 

L’Union européenne a pris du retard par rapport aux Etats-Unis dans la révolution numérique. Les "GAFA", les géants du secteur (Google, Apple, Facebook, Amazon), sont basés en Californie. De même qu’Airbnb et Uber, les leaders de "l’économie partagée".

L’Europe et les Etats-Unis ont une perception différente de l'économie numérique, ce qui peut explique le retard des Européens. Alors que les Américains sont à la recherche d’une simplification des modes de paiement et des prestations de services, les Européens ont tendance à se méfier de la nouvelle économie, synonyme d’évasion fiscale, d’atteintes à la vie privée et de cyberattaques. Uber et Airbnb sont traités différemment selon les Etats européens. Londres, par exemple, interdit Uber.

La taxation des "GAFA" est également au cœur des débats des dirigeants européens. L’UE est divisé sur cette idée avancée par le président de la République française, Emmanuel Macron. Certains pays s’y opposent, comme l’Irlande et le Luxembourg, qui bénéficient des "imperfections" de la fiscalité européenne. Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a promis à de proposer de nouvelles règles en 2018 pour taxer les géants de l'internet.

 

Suite de l'article : https://www.lecho.be/economie-politique/europe-general/L-Europe-se-cherche-un-avenir-post-Brexit-a-Tallinn/9937640

 

New Posts
  • Frédéric Nicolaïdis
    Dec 25, 2018

    https://lvsl.fr/faire-leurope-par-le-marche-et-par-la-monnaie-cetait-a-levidence-faire-une-europe-de-classe-entretien-avec-coralie-delaume?f Coralie Delaume est essayiste, co-auteur de La fin de l'Union européenne (Michalon, 2017) et animatrice du site L'arène nue. Le « couple franco-allemand » a été convoqué à maintes reprises au cours des commémorations de la Grande Guerre. Il est généralement admis que depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale, gouvernement français et allemand auraient marché main dans la main, et se seraient réconciliés grâce à la construction européenne – promesse de paix, de démocratie et de progrès social. Coralie Delaume s’attache à déconstruire ce mythe dans son nouveau livre au titre explicite : Le couple franco-allemand n’existe pas . Dans cet essai, elle remonte aux origines de la construction européenne pour mettre à jour les forces politiques et économiques, les rapports de force et de domination, dont elle est issue. En toile de fond : la volonté d’expansion des gouvernements allemands successifs. https://lvsl.fr/faire-leurope-par-le-marche-et-par-la-monnaie-cetait-a-levidence-faire-une-europe-de-classe-entretien-avec-coralie-delaume?f
  • Alain Nicolaidis
    May 21, 2018

    Notre projet est souvent qualifié d'utopique. Beaucoup trouvent notre approche intéressante, voire de bon sens mais, disent-ils, les chances de réussir cette union des régions françaises et des länder allemands sous un gouvernement fédéral franco-allemand sont très faibles. Les sceptiques avancent la raison du "réalisme" pour continuer, envers et contre tout, la construction européeenne dans le droit fil de la politique menée jusqu'ici, dite "des petits pas". A ces sceptiques, je dis que ce sont eux les utopistes. Comment espérer en effet, après le brexit, le résultat des élections italiennes, le bras d'honneur des Hongrois, Polonais, Tchèques, Autrichiens, la méfiance des pays du Nord pour ceux du Sud (et réciproquement), comment espérer construire une véritable Europe avec une opinion publique de plus en plus opposée à Bruxelles ? La véritable utopie, c'est continuer à croire au mirage de la "politique des petits pas" - cette politique qui fait le bonheur de ceux qui veulent tuer la belle idée d'Europe.
  • clchambon
    Mar 31, 2018

    L’Allemagne après plusieurs mois de négociations s’est enfin dotée d’un gouvernement de coalition opérationnel. Die Welt l’un des trois plus grands journaux allemands s’exprime régulièrement sur les évolutions nécessaires de l’UE et l’obligation pour la Chancelière de définir la position de l’Allemagne après les propositions du Président français. Ce journal affirme le 16 mars 18 avec insistance qu’une alliance trop étroite avec la France va à l’encontre des intérêts de l’Allemagne car la France est de nature trop « étatique » et trop centralisée comme les pays du sud de l’UE qui la suivraient dans ses propositions. Plusieurs pays de l’UE comme les Pays Bas partagent ouvertement ce point de vue ayant une tradition fédérale, une tradition parlementaire de liberté économique, d’esprit de concurrence et de responsabilité budgétaire. Ces prises de position d’un journal plus important en Allemagne que ie le Figaro en France sont pour moi un soutien important aux propositions formulées dans notre projet « UnionfranceAllemagne » qui implique une véritable décentralisation de la France avec un pouvoir des régions similaires à celui exercé par les Länder.

Mentions légales

Association pour un gouvernement fédéral franco-allemand 

4 rue de la Convention 75015

Numéro d'enregistrement à la Préfecture de Police : W75124286

Date de création:  11 janvier 2018

Responsable éditorial: Alain Nicolaïdis

Hébergeur : www.wix.com

Aucune information personnelle n'est collectée à votre insu ni communiquée